La prévoyance vieillesse suisse fait face à de grands défis. La longévité augmente et, dans quelques années, la génération des baby-boomers atteindra l’âge de la retraite. En outre, le rendement des capitaux est inférieur aux attentes depuis plusieurs années. Les deux piliers de la prévoyance vieillesse s’en ressentent. Les réserves de capital de l’AVS commenceront à diminuer progressivement dès 2020. Quant aux caisses de pension, elles n’ont pas les moyens de financer les prestations minimales prescrites par la loi.

Parallèlement, les besoins de la population ont changé : seul un quart des actifs cessent de travailler à l’âge de la retraite prévu par l’AVS ; la majorité des assurés souhaiteraient des solutions plus flexibles pour le passage à la retraite, voire en ont besoin.